Crow (titre Provisoire)

Début des Résidences Automne 2021

Les monstres sont partout.
De la chambre de l’enfance où le rideau éclairé par la lune prend la
forme d’un être vivant fantastique, à la forêt où le moindre craquement
révèle la présence d’un animal fabuleux, aux manoirs où somnolent des
âmes lucifériennes, jusqu’aux films expressionnistes allemands où la
frontière entre absence et présence du monstre se fait poreuse, en
passant par cet être au visage distordu qui traverse un épais brouillard
pour gagner les quais d’un port rongé par la peste.

Brève Note d’Intention

Les chorégraphes interprètes ont rapidement été captivé par la
créature faite à l’image de l’Homme, le pouvoir de fascination du
monstre nous a semblé décuplé par son anthropomorphisme.
La naissance du monstre par le fabricant/le savant fou/le créateur,
outre sa symbolique religieuse, vient parler de la création, notre
propre création. La Création au cœur d’une création artistique ;
fragile mais stimulante mise en abîme.

Dispositif Scénique

Le château gonflable symbole de puissance et d’intense vulnérabilité
sera au coeur de cette création, utilisé comme scénographie, écran de
projection pour les films super8, cadre scénique pour les deux
interprètes et pour les spectateurs installés en bi-frontal.
Cette construction éphémère, patchwork de bâches informe gisant
sur le sol peut aussi à l’inverse, surgir et se dresser. Un château
fondu se pétrifiant dans un univers fantastique ; un organisme
monstrueux animé de l’intérieur, s’humanisant.
Se dresser, tenir debout malgré la mouvance incertaine de la
structure gonflée. Les corps modifiés par ce château de pierre
coulant réduit à une certaine difformité, laissant place à une danse
fantomatique, tantôt macabre, tantôt burlesque.